French
Les ISO
www.patrik-b.fr

 

En argentique, les ISO ou ASA indiquent la sensibilité de la pellicule.
Plus la pellicule est sensible et moins il faut de quantité de lumière pour l'impressionner.
Je parle bien de quantité de lumière , c'est à dire du produit de l'ouverture du diaphragme par le temps d'exposition.

Une pellicule 200 ISO demande 2x moins de qté de lumière qu'une 100, donc on peut soit fermer un cran de diaph, soit monter d'une vitesse.
Donc, plus le sujet est sombre et plus on vas chercher de la sensibilité.
Mais le gros revert, c'est l'augmentation du grain. En effet le réactif chimique, pour être plus sensible, a des grains plus gros.

Ben, et le numérique dans tout ça?

La pellicule est remplacée par un capteur photosensible. Au lien de changer de formule chimique, pour augmenter la sensibilité, on amplifie le signal électrique. Et comme toute amplification, elle ramène du bruit de fond, et les clichés faits à haute sensibilité retrouvent du grain, comme en argentique.

La règle à adopter est de toujours garder la sensibilité la plus basse possible. De ne monter que quand il n'est plus possible de trouver un couple diaphragme/vitesse convenable.

Cependant certains boitiers gèrent mieux la montée en sensibilité que d'autres, notament les boitiers Canon qui adoptent des capteurs de technologie CMOS, plutôt que l'habituel CCD, ayant un bruit de fond plus faible et mieux maitrisé.

Pour palier à ce bruit, les boitiers et/ou les logiciels associés développent des stratégies de réduction de bruit, ces procédés lissent l'image, réduisant le bruit mais gommant les détails de l'image. Il convient de les appliquer, mais avec vigilance pour trouver le bon compromis entre le bruit et le piqué de l'image.

Laisser un commentaire sur cet article